Une "spin-out*" du Queensland, prête à fournir les batteries des véhicules électriques

 

S’appuyant sur la hausse des ventes de voitures électriques, une nouvelle société productrice de matériaux pour batteries lève des fonds pour la construction d’une usine pilote.

Fondée sur une technologie mise au point par l'Université du Queensland, Pure Battery Technologies Pty Ltd commercialise un procédé permettant d'extraire le nickel et le cobalt des minerais à plus faible teneur de manière plus économique et efficace que les méthodes actuelles.

La technologie a été concédée sous licence à Pure Battery Technologies par UniQuest, la société de commercialisation de UQ.

Bjorn Zikarsky, directeur général de Pure Battery Technologies, a déclaré que la demande mondiale de batteries augmentait d'environ 15% par an.

"Cela entraîne une augmentation de la demande de nickel et de cobalt, la demande de cobalt dépassant l'offre mondiale", a déclaré M. Zikarsky.

«Nous utilisons le procédé de lixiviation acide breveté de UQ pour produire plus facilement des produits au nickel et au cobalt prêts pour les batteries, tout en réduisant les dépenses d’investissement et d’exploitation.»

«Ce processus permet également une récupération de cobalt supérieure à ce qui est actuellement possible et est économe en énergie avec peu de déchets solides ou de résidus, avec un très faible encombrement.»

M. Zikarsky a déclaré que l’accessibilité et la rentabilité de l'industrie des véhicules électriques avaient augmenté avec les progrès décisifs de la technologie des batteries.

"Selon les estimations, d'ici 2025, près de la moitié de toute la production d'énergie nouvelle sera renouvelable et la demande pour une énergie propre alimentée par des batteries, comme l'éolien et le solaire" augmentera très fiortement, a-t-il déclaré.

"Le nickel est également utilisé dans la production d'acier inoxydable et d'autres alliages métalliques. Notre procédé a très peu d'impact sur l'environnement et consomme moins de dioxyde de carbone et de produits chimiques par rapport à d'autres procédés."

À la suite de l’accord de licence passé avec UniQuest, M. Zikarsky a déclaré que la société s’efforçait de mobiliser les investissements nécessaires à la construction d’une usine pilote produisant jusqu’à 5 000 tonnes de nickel par an.

«Nous sommes enthousiasmés par l’intérêt de l’industrie, qui, selon nous, est motivé par un réel besoin de cette technologie, ainsi que par une plus grande sensibilisation des consommateurs à l’environnement

.

«Nous poursuivons une stratégie d'entreprise diversifiée. Outre le développement de nos propres produits de matériaux pour batteries, nous souhaitons établir des partenariats avec d'autres producteurs afin de leur permettre de tirer parti de cette technologie dans d'autres applications.»

Le Dr Dean Moss, PDG d'UniQuest, a déclaré que cette technologie était le résultat de huit années de recherche et développement menées par les hydrométallurgistes de UQ, James Vaughan et Will Hawker.

« Nous travaillons avec les Drs Vaughan et Hawker depuis 2011 pour commercialiser cette technologie et les aider à effectuer des tests approfondis auprès de grands producteurs de latérite de nickel», a-t-il déclaré.

"Nous attendons avec impatience que Pure Battery Technologies mette la technologie sur le marché."

 

*"Spin-out" : société de commercialisation de technologie issue de la recherche universitaire



Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Yasmina Slimani
Date de Publication: 2018-7-09






Commentaires

Article sans commentaire.