L'équipe de l'Université de Flinders s'appuie sur sa connaissance du SARS pour développer le vaccin pour le COVID-19

Les résultats des essais sur les animaux attendus courant juillet par l'équipe australienne de Flinders

Les chercheurs australiens de l'université de Flinders (Australie méridionale), devenus les plus rapides développeurs de vaccins au monde en 2009 en mettant au point le premier vaccin contre la grippe porcine sur l'homme en trois mois, travaillent maintenant sur un vaccin pour le COVID-19.

Des essais sur les animaux sont en cours et les résultats sont attendus pour juillet 2020. En cas de succès, l'équipe de l'Université de Flinders commencera à tester le vaccin chez l'homme.

Si ce vaccin s'avère sûr et génère le bon type de réponse immunitaire, de nombreuses personnes, en particulier le personnel médical de première ligne, pourraient recevoir le vaccin dans des conditions d'essai.

L'équipe de l'université de Flinders s'appuie sur une plateforme qui s'est révélée sûre et efficace avec d'autres vaccins qu'elle a produits pour des épidémies telles que la grippe aviaire H5 et H7

"Nous avons commencé à travailler sur cette plateforme pandémique en 2002", explique le professeur Nikolai Petrovsky, qui fait des recherches sur les vaccins depuis 20 ans et dirige l'équipe COVID-19 de l'université de Flinders.

Ce travail de recherche est une collaboration entre l'Université de Flinders et la société privée de biotechnologie Vaxine, financée par le gouvernement américain depuis 15 ans pour développer des vaccins contre les pandémies.

la plateforme Vaxine a été utilisée lors de l'épidémie de SARS en 2003 et a permis de produire un vaccin qui s'est révélé très protecteur chez les modèles animaux.

"Lorsque le SRAS a été stoppé, le financement de la plateforme s'est arrêté et le vaccin n'a pas été adapté à l'homme. Mais les scientifiques ont maintenant montré que le SARS et COVID-19, deux coronavirus, sont génétiquement très proches", a déclaré le professeur Petrovsky, directeur de Vaxine.

 

Nikolai-Petrovsky université de Flinders

Dr Nikolai Petrovsky, Université de Flinders : SARS et Covid-19, 2 séquences très proches

 

Nous avons donc utilisé notre plate-forme clinique bien établie et nous sommes passés d'une séquence génétique à une autre. Nous avons permuté les séquence SRAS et COVID-19.

"L'étape la plus difficile est de passer aux essais sur l'homme. La société américaine Moderna a commencé des essais sur l'homme en mars. Bien que sa plateforme soit nouvelle, Moderna a renoncé aux tests d'efficacité sur les animaux pour passer directement à l'homme.

"En tant que cliniciens, nous étions plus conservateurs, et nous voulions voir les données animales avant de commencer les essais sur l'homme. Nous testons actuellement le candidat vaccin sur des singes, des furets et des hamsters aux États-Unis.

"Nous sommes une petite entreprise agile, mais nous disposons d'un énorme réseau mondial de collaborateurs", a déclaré le professeur Petrovsky, qui a également dirigé le développement de nouveaux vaccins contre l'hépatite B et l'encéphalite japonaise.

"Dès que la séquence génomique de COVID-19 est devenue disponible, nous avons commencé à travailler par le biais du cloud computing, Oracle Cloud.

"Cela nous a permis d'accéder à une communauté de recherche élargie et à une infrastructure pour accélérer la conception de notre vaccin".


Questions & Réponses sur le Covid-19

https://www.australiemag.com/coronavirus-australie-etudiants-questions-reponses

Autres articles liés 

Universités australiennes COVID-19 | Cours magistraux en ligne
Covid-19 | L'université de Sydney démontre l'éfficacité de la distanciation sociale




Auteur: Yasmina Slimani
Date de Publication: 2020-4-04








Commentaires

Article sans commentaire.