Avis : Master énergétique | Université du Queensland | Quentin

Quentin Lancrenon, 25 ans
Master énergétique
Université du Queensland

Master en Energie | Université du Queensland

Partir et cultiver sa différence.

"Etudier pour comprendre le monde dans lequel on vit, ne pas se contenter de suivre un cours !"

 

1. Pourquoi avez-vous choisi de faire un double diplôme à l'étranger ?

Les 4 raisons principales sont : diversifier mon entourage ou mes relations ; maîtriser parfaitement l'anglais ; être ouvert à de nouveaux horizons en termes de culture mais aussi de connaissances (dans le domaine de l'énergie notamment) ; être plus proche de ma famille (Nouvelle-Calédonie). J'ai commencé à chercher une option énergétique axée sur la transition énergétique et carbone.
 

J'avais vraiment envie de faire l'expérience d'un système éducatif anglo-saxon très différent du système français. J'ai découvert que j'avais beaucoup plus de responsabilités dans mon processus d'apprentissage et beaucoup plus d'autonomie. Et donc beaucoup plus de travail aussi ! Mon Master était de très grande qualité et était organisé très différemment en semaines intensives de cours (4 par semestre) puis en semaines de travail sur des projets (devoirs). Je dois dire que j'étais vraiment motivée pour étudier parce que j'étais aussi plus mûr et que j'ai pu choisir un sujet qui me fascine.

3. Et la vie sur le campus ?

Tout est plus grand bien sûr (l'Université du Queensland est une très grande université) avec un campus immense et à la pointe de la technologie. C'est génial d'étudier de manière intense (beaucoup de bibliothèques et d'espaces de travail avec des ressources), de se détendre et de faire du sport (de grands parcs) mais aussi d'organiser une vie sociale . En ce qui concerne les associations d'étudiants, il ya une grande diversité d'intérêts et de groupes. J'ai trouvé les Australiens très impliqués dans la politique étudiante !

4. Combien a coûté le diplôme ? Comment avez-vous fait face à cette dépense ?
C'est le revers de la médaille de parler de l'Australie. J'ai eu la chance incommensurable d'avoir mes parents qui me soutenaient pour les dépenses de chaque semestre. Le coût total du programme (18 mois) était de 30 000 euros, ce qui est beaucoup, mais très normal dans la mentalité anglo-saxonne. L'Australie débat actuellement de la déréglementation des frais pour le secteur de l'éducation et les prix des diplômes pourraient augmenter. Les futurs étudiants devraient surveiller cela de près.

5. Pensez-vous qu'il s'agit d'un investissement fructueux ?
Je dirais même incroyablement fructueux. En termes de connaissances et d'éducation, suivre ce master a été très enrichissant et m'a permis de m'épanouir personnellement. En termes monétaires, il est toujours difficile de dire si c'était ou non un bon investissement (puisque je viens juste de commencer à chercher un emploi), mais j'ai définitivement amélioré mes compétences et mes capacités.

6. Que faites-vous maintenant ? Quels sont vos projets ?

Je suis actuellement à la recherche d'un emploi en Europe. J'aimerais travailler pour une institution internationale telle que l'ONU ou l'UE dans le développement de projets énergétiques qui respectent la contrainte climatique de réduction des émissions de carbone (par exemple : énergie renouvelable, projets de développement énergétique rural, projets de réduction des émissions provenant des transports...). Les agences de développement, les banques de développement et les ONG sont également des lieux où je cherche à exercer cette activité.

7. Pensez-vous que votre expérience à l'université du Queensland vous aidera à obtenir ce poste ?

En ce qui concerne le secteur dans lequel je souhaite m'engager, certainement puisque le Master en Etude énergétique est une spécialisation sur la transition vers une énergie à faible teneur en carbone. Il m'a permis d'approfondir mes connaissances sur le secteur de l'énergie et ses complexités face à l'impératif de dé-carbonisation. En ajoutant les connaissances que j'ai acquises en anglais et en espagnol tout au long de mon parcours, j'espère vraiment pouvoir travailler pour ces institutions internationales.

8. Que diriez-vous aux étudiants qui envisagent d'étudier à l'étranger ? Des conseils ?

Je les encouragerais d'abord à partir et à suivre un bon programme. Voyager, maîtriser parfaitement une (nouvelle) langue et être confronté à des cultures différentes, cela permet de cultiver sa différence. Et c'est vraiment important, non seulement pour le monde compétitif dans lequel vous vous retrouvez, mais aussi pour vous. Une fois à l'étranger, évitez les étudiants francophones, participez non seulement aux études mais aussi aux clubs d'étudiants et aux activités extérieures et sortez toujours de votre zone de confort. C'est la meilleure expérience d'apprentissage que vous puissiez avoir !

9. Enfin, pouvez-vous me raconter un de vos meilleurs souvenirs à l'Université du Queensland ?
Mes meilleurs souvenirs à l'Université du Queensland Q sont probablement les nombreux moments que j'ai passés en tant que coordinateur d'un groupe dynamique d'étudiants, à défendre et à sensibiliser les gens aux actions d'atténuation du changement climatique à l'université. Organiser de tels événements avec une équipe d'amis australiens passionnés a été une expérience très utile et formatrice. Les semaines intensives de cours que nous avons passées en Master avec une cohorte d'étudiants très internationale et diversifiée, les excursions et la confrontation des connaissances sont également de très bons souvenirs.

10. Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

D'autres conseils : Étudiez et comprenez la société dans laquelle vous êtes, pas seulement vos travaux de cours ! Participez à des groupes sociaux ou/et écologiques ! Cela donne une nouvelle perspective sur la responsabilité civile, différente de celle de l'éducation.

 


RÉSUMÉ DE L'AVIS

ÉVALUATION

       

 

Master énergétique Université du Queensland

 

EXTRAIT

 

Etudier pour comprendre le monde dans lequel on vit, ne pas se contenter de suivre un cours ! 

AUTEUR

 

Quentin Lancrenon

 NOTE

 

5 sur 5

 


Voir d'autres témoignages d'étudiants

"Master énergétique | Université du Queensland
Etudier pour comprendre le monde dans lequel on vit, ne pas se contenter de suivre un cours !

Lire la suite

Quentin Lancrenon-Master énergétique-Université du Queensland-Australiemag

Quentin Lancrenon, 25 ans
Master énergétique
Université du Queensland