De minuscules cristaux pourraient aider à prévoir les éruptions volcaniques

Ils peuvent être aussi petits qu’un grain de sel, mais ces minuscules cristaux qui se forment dans les profondeurs des volcans peuvent être des indices clefs de prédiction des éruptions volcaniques.

Le docteur Teresa Ubide, vulcanologue à l'Université du Queensland, a déclaré que les informations apportées par la recherche permettraient d’organiser de évacuations plus efficaces et des alertes plus précises .

« Cela pourrait être une bonne nouvelle pour presque une personne sur dix dans le monde vivant à moins de 100 km d'un volcan en activité», a-t-elle déclaré.

« Nous n’avons pas encore atteint le« Saint Graal »de la prévision des éruptions volcaniques, mais nos recherches constituent un pas en avant important dans la compréhension des processus qui conduisent à une éruption."

Les scientifiques utilisent de minuscules boules de cristal pour prédire les éruptions volcaniques.

Le Dr Ubide, de l’Université des sciences de la Terre et de l’environnement de l’Université du Queensland, a utilisé une nouvelle technique au laser pour examiner la composition de minuscules cristaux se formant dans les profondeurs des volcans.

Les cristaux sont créés lorsque la roche en fusion - magma - à moins de 30 km sous un volcan commence à remonter vers la surface de la Terre.

Les cristaux transportés dans le magma en éruption, continuent à se cristalliser et à changer de composition en se dirigeant vers la surface.

"Ils enregistrent efficacement les processus qui se déroulent dans les profondeurs du volcan juste avant le début de l'éruption", déclare le Dr Ubide.

"Nous avons découvert, en étudiant ces cristaux dans un volcan spécifique, que lorsqu’un nouveau magma arrive en profondeur, il peut déclencher une éruption dans 90% des cas, en deux semaines seulement."

À partir de là, les vulcanologues espèrent trouver un moyen de mieux surveiller les volcans – Savoir par exemple, à quelles profondeurs souterraines il faut rechercher des signes de mouvement du magma avant une éruption.

Le Dr Ubide a déclaré qu'il était actuellement très difficile de prévoir les éruptions volcaniques - comme en témoigne l'éruption du mont Agung à Bali, qui a débuté en novembre dernier après deux mois de tremblements de terre précurseurs.

"L'éruption de Bali a entraîné l'évacuation de plus de 70 000 personnes et a provoqué des perturbations massives du trafic aérien et du tourisme, touchant plus de 100 000 voyageurs", a-t-elle déclaré.

« Les nuages de cendres volcaniques et de gaz se sont élevés à 4 km au-dessus du sommet du volcan et ont provoqué une chute de cendres dans les zones sous le vent.

« Les lahars (coulées de boue) ont touché les maisons, les routes et les zones agricoles.

"Chaque volcan est différent et nécessite une surveillance individuelle."

L’équipe du Dr Ubide a suivi les éruptions, leurs déclencheurs et leurs échelles de temps sur l’Etna, en Sicile en Italie, le volcan le plus actif d’Europe.

Les résultats pourraient fournir des informations importantes pour les essais futurs de surveillance volcanique sur le site, a-t-elle déclaré.

« Nous prévoyons d’appliquer la même approche à d’autres volcans dans le monde, en particulier dans les pays voisins de l’Australie, comme l’Indonésie et la Nouvelle-Zélande », a-t-elle déclaré.

La recherche est publiée dans Nature Communications (doi: 10.1038 / s41467-017-02274-w).

Le Dr Ubide a remporté le prix Fresh Science People’s Choice 2017 pour son travail.

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-1-23






Commentaires

Article sans commentaire.