Traiter l'apnée du sommeil pourrait réduire le risque de démence

Des chercheurs de l’Université du Queensland ont découvert que des niveaux insuffisants d’oxygène pendant le sommeil peuvent endommager le cerveau et augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Des scientifiques du Queensland Brain Institute et de la School of Biomedical Brain Institute de UQ ont lancé une étude clinique sur les patients souffrant d’apnée du sommeil afin de déterminer si un traitement réduisait le risque de développer une démence.

La professeure Elizabeth Coulson a déclaré que les personnes souffrant d'apnée du sommeil entraînant une hypoxie - taux d'oxygène sanguin plus bas - étaient jusqu'à trois fois plus susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer - la forme la plus courante de démence.

Les chercheurs ont étudié les mécanismes par lesquels cela se produit, en concluant que l'hypoxie conduit à la dégénérescence d'une zone du cerveau importante pour l'attention et l’apprentissage.

L'apnée du sommeil, qui touche plus d'un million d'adultes australiens, se produit lorsque les voies respiratoires supérieures se ferment pendant le sommeil, entraînant des pauses intermittentes de la respiration.

Chez l’homme, l’apnée du sommeil est généralement traitée avec une ventilation en pression positive continue (PPC).

« La prochaine étape de notre recherche consiste à suivre les patients atteints d'apnée du sommeil sur une période prolongée afin de déterminer si la PPC protège contre le déclin cognitif», a déclaré le professeur Coulson.

Son équipe étudiera les patients âgés de 55 à 75 ans afin de déterminer si la PPC peut enrayer ou ralentir la dégénérescence du cerveau et réduire le risque de démence ultérieur.

Le Professeur Pankaj Sah, directeur de l'Institut du Cerveau du Queensland, a déclaré que ces recherches pourraient permettre d'initier une intervention précoce chez les patients souffrant d'apnée du sommeil.

« Les troubles du sommeil peuvent survenir jusqu'à 10 ans avant la maladie d'Alzheimer», a déclaré le professeur Sah.

"Etant donné que la maladie d’Alzheimer affecte environ un tiers de la population âgée, cette recherche importante pourrait éclairer les mesures préventives de santé publique à venir."

De plus amples informations sur l’étude sont disponibles à l’adresse https://qbi.uq.edu.au/sleep-apnoea-study.

La recherche a été financée par le NHMRC et l’essai clinique sera partiellement financé par la Fondation Mason.

Le Queensland Brain Institute reçoit des fonds du ministère des sciences, de la technologie de l'information et de l'innovation, du gouvernement fédéral et de donateurs philanthropiques, dont la Clem Jones Foundation.

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-2-01






Commentaires

Article sans commentaire.