Université du Queensland : Les liens qui guérissent

 

Les chercheurs en psychologie de l'université du Queensland  insistent sur les liens sociaux, comme étant aussi importants pour la santé que l'exercice régulier ou le fait de ne pas fumer.

Le professeur Alex Haslam de l’Université du Queensland a déclaré que jusqu’à présent les praticiens n’avaient pas de directives claires concernant les moyens de lutter contre les effets néfastes de l’isolement social sur la santé.

« Il existe de nombreuses preuves qui montrent que lorsque des personnes perdent leur appartenance à un groupe important pour eux, cela a des effets néfastes sur leur santé », a déclaré le professeur Haslam.

« Cela peut arriver lorsque les nouvelles mères perdent le contact avec leurs amis, lorsque les nouveaux étudiants entrent à l'université et ont du mal à s'intégrer, lorsque les retraités cessent de travailler ou lorsque les adultes plus âgés emménagent dans des foyers de soins et perdent tout contact avec leur environnement habituel. »

Un nouveau livre, intitulé Nouvelle psychologie de la santé : découvrir les remèdes sociaux, rédigé par des chercheurs de l’École de psychologie de l’Université du Queensland, examine de quelle manière l’appartenance à un groupe social et l’identité sociale influent sur la santé et peuvent servir de base à des « remèdes sociaux ».

"Le livre examine le rôle des processus de groupe et d'identité, ainsi que leur contribution à des conditions telles que la dépression, le stress, les traumatismes, le vieillissement et la dépendance", a déclaré le professeur Haslam.

"Cette analyse fournit une base pour développer de nouvelles solutions."

Les coauteurs du livre - les professeurs Catherine Haslam, Jolanda Jetten, Tegan Cruwys, Genevieve Dingle et Professeur Haslam - s’appuient sur leurs compétences combinées dans les domaines social, clinique, de la santé, de l’organisation et de la neuropsychologie.

Un large éventail de sujets incluant le rôle que les membres des groupes jouent dans la décision d'adopter ou pas des comportements problématiques tels que le tabagisme ou un régime excessif, le stress, les traumatismes, la dépression et la gestion de la douleur.

« Il est important que les gens comprennent que, dans tous ces cas, la santé mentale est façonnée non seulement en se joignant à un groupe, mais en le considérant comme un élément important de son identité », a déclaré le professeur Haslam.

"Un thème central est que l'absence de sens du " nous " est impliquée dans une série de problèmes de santé que nous examinons, mais c'est aussi un centre d'intervention."

Le professeur Alex Haslam a déclaré que le livre était destiné aux chercheurs, aux étudiants et aux praticiens du domaine, ainsi qu'aux personnes aux prises avec des problèmes de santé liés à l'isolement social.

« Nous espérons que ce livre changera la façon dont les gens perçoivent la santé et leur montrera comment développer les liens sociaux pour obtenir des résultats positifs à long terme pour leur santé.»

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-5-31






Commentaires

Article sans commentaire.