Comprendre nos héritages génétiques

Une découverte de l’Université du Queensland a approfondi notre compréhension des mutations génétiques qui surviennent dans différents tissus et de la manière dont elles sont héritées.

Des chercheurs du Queensland Brain Institute de l’univerité du Queensland, dirigé par le Dr Steven Zuryn, ont découvert que les taux de mutations génétiques dans l’ADN mitochondrial varient d’un type de tissu à l’autre, le taux le plus élevé étant observé dans les cellules reproductrices.

"Les mitochondries sont connues comme la centrale électrique de la cellule. On les trouve dans toutes les cellules animales et humaines. Elles génèrent environ 90% de l'énergie du corps à partir de la nourriture que nous mangeons et de l'oxygène que nous respirons", a déclaré le Dr Zuryn.

« En plus de l'ADN standard contenu dans le noyau, chaque cellule contient également de l'ADN dans les mitochondries.

"L’ADN mitochondrial n’est transmis que du côté de la mère et transmet les informations génétiques d’une génération à l’autre."

L'équipe a étudié le ver rond (C. elegans), qui partage environ 60 à 80% des mêmes gènes que l'homme, afin de faire la lumière sur l'importance des mécanismes régulant la fréquence des mutations géniques dans différents organes et cellules.

“C. elegans et les humains partagent des mitochondries très similaires, et c'est un organisme utile car nous pouvons génétiquement démêler les mécanismes de ce qui se passe au niveau cellulaire », a-t-il déclaré.

Les chercheurs ont développé une méthode exceptionnellement pure d'isolement des mitochondries à partir de cellules spécifiques du corps afin de les étudier en détail.

« Nous soupçonnons maintenant que tous les animaux disposent d’un mécanisme capable de filtrer ces mutations susceptibles de provoquer des maladies du cerveau, avant qu’elles ne soient transmises à leur future progéniture », a déclaré le Dr Zuryn.

Chez l'homme, les mutations de l'ADN mitochondrial peuvent provoquer des maladies rares mais dévastatrices, en particulier dans des organes tels que le cerveau, qui dépend énormément de l'énergie des mitochondries.

L'étude est publiée dans Nature Cell Biology.

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-1-23






Commentaires

Article sans commentaire.