Ces animaux que nous rejetons alors qu’ils contribuent à notre bien-être

Les animaux carnivores vivant aux abords des habitations humaines diminuent à un rythme sans précédent - pourtant ils peuvent apporter des avantages essentiels aux sociétés humaines.

Une étude internationale menée par des chercheurs de l'Université du Queensland a révélé que les prédateurs et les charognards, des chauves-souris aux léopards et aux vautours, sont précieux pour la santé et le bien-être de l'homme.

Christopher O’Bryan, doctorant à la Faculté des sciences de la Terre et de l’environnement à l’Université du Queensland, a déclaré que l’étude montrait des exemples de prédateurs et de charognards endémiques apportant des « services » tels que la régulation des maladies, la productivité agricole et l’élimination des déchets.

Les prédateurs et les charognards tels que les grands félins en Afrique et en Asie ou les dingos en Australie représentent une source importante de défits pour les humains, mais il existe de nombreux exemples où ils peuvent apporter des avantages », a déclaré M. O’Bryan.

« Notre rapport identifie les études qui ont montré ces avantages dans de nombreux domaines.

« Ainsi, les lions des montagnes américains réduisent le nombre de collisions entre les cerfs et les véhicules, les chauves-souris permettent aux producteurs de maïs d'économiser des milliards de dollars chaque année en réduisant les ravageurs de cultures et les vautours nous permettent d’épargner des millions de dollars en éliminant les carcasses de bétail.

« Ces avantages pourraient concerner des régions du monde où des prédateurs et des charognards sont présents.

"Par exemple, il existe un lien entre la présence de chauves-souris et l'augmentation de la production de café qui pourrait avoir des répercussions économiques considérables dans les pays en développement, le café étant un produit de base important."

Notre recherche visait à évaluer les effets positifs et négatifs sur le bien-être humain au moyen d'un examen approfondi d'études récentes.

"La littérature montre que nous en savons beaucoup sur les impacts négatifs des prédateurs et des charognards, mais nous commençons tout juste à comprendre les services potentiellement irremplaçables que ces animaux peuvent apporter", a déclaré M. O’Bryan.

"Si nous perdons ces animaux, nous aurons des problèmes". Le Dr Eve McDonald-Madden, membre du Conseil australien de la recherche, a déclaré que des recherches sur ces avantages amélioreraient l’évaluation des conséquences des décisions touchant de nombreuses espèces dénigrées.

"Nous pouvons ensuite souligner les situations qui mènent à des gains positifs pour les prédateurs et les personnes, renforçant ainsi la protection de l'un des groupes d'animaux les plus menacés au monde", a-t-elle déclaré.

Mr O’Bryan est chercheur à l’ Invasive Animals Cooperative Research Centre

La recherche (The contribution of predators and scavengers to human well-being) est publiée dans Nature Ecology & Evolution (DOI: 10.1038/s41559-017-0421-2).

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-1-19






Commentaires

Article sans commentaire.