L’insoutenable empreinte carbone du tourisme mondial

 

Le coût réel de notre envie de voyager, des voyages aériens aux souvenirs, a été calculé par une étude approfondie qui révèle que le tourisme mondial contribue de manière significative et croissante aux émissions de gaz à effet de serre.

La recherche a révélé que les émissions de gaz à effet de serre liées au tourisme est quatre fois plus importante que les estimations précédentes et qu'elle est responsable de 8% des émissions mondiales.

Le Dr Ya-Yen Sun, chercheur à la Business School de l’Université du Queensland, a déclaré qu’il était vital de réviser notre appréciation du tourisme comme étant une activité «à faible impact ».

"Etant donné que le tourisme devrait connaître une croissance plus rapide que de nombreux autres secteurs économiques, la communauté internationale pourrait envisager de l'inclure dans les engagements climatiques, tels que l'Accord de Paris, en reliant les vols internationaux à des pays spécifiques", a-t-elle déclaré.

"Des taxes sur le carbone ou des systèmes d'échange de carbone - en particulier pour l'aviation - pourraient être nécessaires pour limiter la croissance future non contrôlée des émissions liées au tourisme."

L'étude a également révélé que les petites îles attiraient une part disproportionnée d'émissions de carbone par le biais des arrivées internationales, tandis que les États-Unis étaient responsables de la majorité des émissions générées par le tourisme.

Le Dr Arunima Malik de l’Université de Sydney a déclaré que la recherche était complexe et prenait plus d’un an pour englober plus d’un milliard de chaînes d’approvisionnement et leurs impacts sur l’atmosphère.

 

« Notre analyse est une première mondiale sur le coût réel du tourisme, y compris les biens de consommation tels que les aliments consommés au restaurant et les souvenirs. Il s’agit d’une analyse complète du cycle de vie du tourisme mondial, garantissant que nous ne manquons aucun impact », a déclaré le Dr Malik.

"Cette recherche comble une lacune cruciale identifiée par l’Organisation mondiale du tourisme et l’Organisation météorologique mondiale pour quantifier de manière globale l’empreinte touristique sur le monde".

Le professeur Manfred Lenzen, chercheur principal à l’Université de Sydney, a déclaré que l’étude avait révélé que les transports aériens contribuaient de manière décisive à l’empreinte du tourisme.

« L’industrie à forte intensité de carbone représentera une proportion de plus en plus importante des émissions mondiales, à mesure que la richesse croissante et les développements technologiques rendront les voyages de luxe plus abordables», a déclaré le professeur Lenzen.

L'étude est publiée dans Nature Climate Change (DOI: 10.1038 / s41558-018-0141-x).

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-5-15






Commentaires

Article sans commentaire.