500 000 gamers aident les physiciens à tester les lois de la physique quantique

 

Le centre d’excellence ARC pour les systèmes d’architecture quantiques (EQUS) de l’Université du Queensland est l’un des 12 laboratoires des cinq continents à participer au test Big Bell, coordonné par l’Institut des sciences photoniques (ICFO) de Barcelone.

Le professeur Andrew White, directeur d'EQUS, a déclaré que 100 000 participants avaient généré plus de 90 millions de nombres aléatoires, triplant les attentes.

« Les gens sont imprévisibles, et encore plus lorsqu'ils utilisent un smartphone », a déclaré le professeur White.

« Nous avons demandé à des personnes de contribuer en fournissant des nombres aléatoires, en utilisant des smartphones, et autres appareilsdisponibles. Ces bits aléatoires ont ensuite déterminé comment divers atomes, photons et supraconducteurs enchevêtrés avaient été mesurés dans les expériences précédentes, refermant ainsi une faille persistante dans les tests du principe de réalisme local d'Einstein."

L'auteur principal, Martin Ringbauer, a déclaré que le réalisme local - l'idée selon laquelle le comportement quantique peut s'expliquer par la cause et l'effet - est un principe de la physique classique, mais il est de plus en plus évident que le monde quantique n'obéit pas à ces règles.

« Chacun des laboratoires a réalisé une expérience différente pour tester le réalisme local dans différents systèmes physiques et pour tester d'autres concepts liés au réalisme.»

L’équipe EQUS, dirigée par le Dr Martin Ringbauer et le professeur White, a étudié des nombres aléatoires générés par l’homme afin de tester l’enchevêtrement quantique dans le temps.

« Nous avons montré qu'une propriété clé d'enchevêtrement dans l'espace, appelée monogamie d'enchevêtrement, ne tient pas dans le domaine temporel », a déclaré le Dr Ringbauer.

"Il reste encore de nombreuses questions en suspens, et cette expérience est un premier pas vers l'exploration des corrélations quantiques dans le temps : l'une des applications suggérées est la blockchain quantique."

Les résultats sont publiés dans Nature.

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-5-10






Commentaires

Article sans commentaire.