Les plus grands spécialistes mondiaux du climat, de la météo et des océans réunis à UNSW

 

Aujourd’hui, après 60 ans de collaboration internationale en Antarctique, la fonte des glaces de ce continent constitue l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur le monde. C'est le thème de la conférence internationale sur le climat qui se tiendra à UNSW Sydney

« L’Antarctique représente plus de 50 mètres de niveau de la mer, et nous savons, par les relevés climatiques antérieurs, que lorsque la terre se réchauffe suffisamment, toute cette glace peut fondre dans les océans», déclare Matthew England, professeur spécialisé sur le changement climatique, au centre d'excellence ARC pour la science du système climatique à UNSW Sydney.

« Nous pouvons maintenant nous attendre à plusieurs mètres d’élévation du niveau de la mer si nous ne faisons rien pour limiter les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. La quasi-totalité des villes côtières du monde seront ainsi fortement exposées à cette menace."

En reconnaissance de ses travaux de recherche, de son leadership et de son plaidoyer exceptionnels en faveur de la science antarctique, le professeur Matthew England a reçu l'an dernier le prix Tinker-Muse pour la science et la politique en Antarctique, administré par le Comité scientifique de la recherche antarctique.

Le prix lui sera remis aujourd'hui à la 25e Conférence nationale AMOS et à la 12e Conférence internationale sur la météorologie et l'océanographie de l'hémisphère sud (AMOS-ICSHMO 2018) qui se tiennent cette semaine à UNSW Sydney.

La conférence conjointe est la plus grande réunion de météorologues, d’océanographes et de climatologues de l’hémisphère sud. Elle rassemble environ 600 délégués de 35 pays différents pour partager les dernières avancées scientifiques dans les domaines de la météorologie, du climat et des océans.

« Le thème principal de la conférence est de traduire notre science en résultats concrets au profit de la société», a déclaré le co-organisateur de la conférence, le Dr Alex Sen Gupta du Centre de recherche sur le changement climatique de UNSW Sydney".

« Des sessions sur mesure seront consacrées à l’amélioration de l’environnement urbain, aux services climatologiques pour les décideurs, à l’évaluation de l’impact et des risques des phénomènes météorologiques extrêmes affectant l’hémisphère sud et à l’intégration des énergies renouvelables dans le système énergétique».

Le Dr Sen Gupta a déclaré que les séances plénières faisant intervenir des conférenciers de classe mondiale, tels que le professeur England, constituaient un moment fort. « Gavin Schmidt de la NASA est l’un des scientifiques climatologues les plus connus et les plus écouté au monde. Terry Hughes fait autorité sur la grande barrière de corail ; et Helen Cleugh est la dirigeante du nouveau Centre des sciences du climat du CSIRO, créé après la disparition de la science du climat du CSIRO il y a quelques années ».

Le Professeur England, qui parle aujourd'hui, mène des recherches sur les effets de l'océan sur les glaces antarctiques et affirme que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour observer, surveiller et comprendre cette partie fragile du système climatique de la Terre.

"Nous venons tout juste de découvrir certains des processus par lesquels les océans peuvent faire fondre les vastes plateaux de glace de l'Antarctique, a-t-il déclaré. Cette région du monde est lointaine, difficile à atteindre et presque impossible à mesurer à long terme."

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-2-12






Commentaires

Article sans commentaire.