l'Australie encore mal préparée à l'impact du changement climatique sur les allergies

 

Selon Paul Beggs, professeur au Département des sciences de l’environnement de l’Université Macquarie à Sydney, l'’augmentation du nombre de cas d’asthmes et d’attaques allergiques dangereux et même mortels, comme ce fut le cas lors de l’épisode d’asthme mortel à Melbourne en 2016, pourrait constituer l’un des plus grands problèmes de santé liés au changement climatique en Australie.

La revue du dernier numéro de "Public Health Research & Practice", publiée par l'Institut Sax, examine les études menées depuis 2000 sur les changements climatiques, les allergènes et les allergies. Il comprend des recherches récentes menées en Europe et en Amérique du Nord, selon lesquelles des températures plus élevées et davantage de dioxyde de carbone dans l'atmosphère augmenteraient considérablement les niveaux d'allergènes dans l'air tels que le pollen de graminées.

Dans le même temps, la saison des pollens change, commence plus tôt et dure plus longtemps. Encore une fois, le résultat est qu'il y a beaucoup plus de pollen dans l'air.

Cependant, l’auteur de la revue, Paul Beggs,, a constaté que presque toute la recherche sur les effets des changements climatiques sur les allergies venait de l’étranger, et que la recherche axée sur l’Australie «était donc urgente».

Le professeur agrégé Beggs a également constaté que les systèmes australiens de surveillance, d'alertes et de prévision des concentrations d’allergènes dans l’atmosphère, tels que le pollen, n’étaient pas adaptés.

La revue note que les maladies allergiques constituent « déjà un problème de santé publique très important en Australie ». La prévalence de l'asthme en Australie est parmi les plus élevées au monde, selon certaines estimations, un enfant sur cinq présente des symptômes de respiration sifflante et un sur 13 est atteint d'asthme.

En novembre 2016, Melbourne a connu « l'épidémie d'asthme la plus importante et la plus catastrophique au monde». Elle a entraîné des milliers de présentations aux urgence, des centaines d’hospitalisations liées à l’asthme et 10 décès. L'étude révèle que les risques de tels phénomènes météorologiques extrêmes augmentent considérablement avec le changement climatique.

Les preuves montrent que les températures plus élevées peuvent également entraîner une augmentation de la production de spores fongiques, un autre déclencheur pour de nombreuses personnes sensibles, ainsi qu'une augmentation de l'humidité et de la croissance de moisissures à l'intérieur, susceptibles de provoquer des réactions allergiques.

"On pourrait soutenir que ces impacts représentent un risque sérieux pour la santé humaine en matière de changement climatique et de santé pour l’Australie et qu’ils devraient donc figurer parmi les priorités australiennes en matière de changement climatique et de santé humaine", déclare le professeur agrégé Beggs.

Mais les efforts de recherche de l’Australie dans ce domaine ont été cruellement inadéquats, et une grande partie de la recherche internationale a été menée dans des climats différents de l'Australie, impliquant des allergènes qui ne sont pas courants ici.

Selon le professeur associé Beggs, la surveillance australienne des allergènes est également médiocre, aucun organisme national, régional ou territorial n’ayant la responsabilité de la surveillance, de la notification et de la prévision des allergènes environnementaux.

Ce qui existe en matière de surveillance est rare et sporadique. Par exemple, à Melbourne, théâtre de l’asthme mortel provoqué par l'épidémie, la surveillance des allergènes n’a lieu que trois mois par an. Ailleurs en Australie, la surveillance reste précaire, tous les sites n’ayant pas de fonds ou ne disposant que d’un financement à court terme.

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes






Auteur: Yasmina Slimani
Date de Publication: 2018-12-06






Commentaires

Article sans commentaire.