Australie, Etats-Unis et Nouvelle-Zélande sont des hotspots pour les oiseaux exotiques

Selon une nouvelle étude qui a cartographié le mouvement des espèces d'oiseaux exotiques, la propagation des espèces d'oiseaux introduites dans le monde a reflété la montée de la puissance et de la richesse mondiales.

L'étude collaborative internationale a révélé que l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, Taïwan, Hong Kong, les États-Unis, les Caraïbes, le Royaume-Uni et les États du Golfe Persique étaient des hotspots mondiaux remarquables pour les espèces d'oiseaux exotiques.

Salit Kark, chercheuse au département de sciences de la vie à l'Université du Queensland a déclaré que l'étude internationale collaborative publiée dans PLOS Biology suggérait que d'avantage d'oiseaux exotiques avaient été introduits dans des régions où les revenus étaient plus élevés.

"Posséder un oiseau était un symbole de statut et de connexion culturelle à l'époque coloniale, et des oiseaux en cage souvent introduits se sont échappés ou ont été relâchés dans la nature", a-t-elle dit.

"Le taux d'introduction d'espèces d'oiseaux exotiques a fortement augmenté au milieu du XIXe siècle, les Européens exportant des oiseaux vers de nouveaux territoires et régions, y compris l'Australie et la Nouvelle-Zélande", a-t-elle déclaré.

"Plus de la moitié de toutes les introductions d'oiseaux exotiques connues sont survenues après 1950 et étaient très probablement motivées par la mode de posséder des oiseaux tels que des perroquets, des pinsons et autres.

"Ces facteurs historiques sont la principale raison pour laquelle la carte mondiale montre que la plupart des espèces d'oiseaux exotiques se trouvent aujourd'hui dans les latitudes moyennes, où se trouvent d'anciennes colonies britanniques et autres et des pays ayant un produit intérieur brut (PIB) élevé."

Au cours de la dernière décennie les chercheurs ont créé une base de données en accès libre après avoir recueilli et analysé des données globales sur l'introduction et l'établissement de près de 1000 espèces d'oiseaux exotiques introduites par des humains hors de leur zone native dans les années 1500 et 2000.

L'auteur principal, le professeur Tim Blackburn de l'University College de Londres, a expliqué que l'étude fournissait des informations sur les différentes étapes de l'introduction des espèces et sur les facteurs environnementaux permettant aux espèces d'oiseaux exotiques de prospérer dans de nouveaux endroits.

"Notre travail montre comment les humains déplacent ces espèces d'oiseaux exotiques depuis 500 ans et pourquoi certaines régions se retrouvent avec plus d'espèces que d'autres", a-t-il dit.

Le professeur associé Kark a déclaré que l'étude était particulièrement importante pour les îles, comme l'Australie et le Royaume-Uni, en raison des impacts négatifs de certaines espèces exotiques envahissantes sur les espèces indigènes menacées dans les environnements insulaires.

"Alors que des efforts considérables ont été consacrés à l'étude des impacts des mammifères invasifs, davantage de recherches doivent être entreprises pour comprendre les schémas spatiaux et les processus qui façonnent les oiseaux exotiques envahissants", a déclaré le professeur Kark.

"L'étude fournit des informations factuelles qui aident à orienter les futures décisions et actions de conservation et de gestion dans plusieurs régions du monde."

L'étude internationale a impliqué des chercheurs de l'University College de Londres, de la ZSL, de l'Université du Queensland, de l'Université d'Adélaïde, de l'Université de Cambridge, de l'Université d'Exeter et de l'Imperial College de Londres.




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2017-1-16






Commentaires

Article sans commentaire.