Les forêts encore intactes ont besoin de protection immédiate pour que le monde atteigne ses objectifs de conservation

 

Les scientifiques réclament des mesures immédiates pour préserver les dernières forêts du monde encore intactes. Une étude a révélé que la plupart d'entre elles risquaient sérieusement de disparaître à court terme.

Le professeur James Watson, chercheur à l'Université du Queensland et à la Wildlife Conservation Society, a déclaré que plus de 80% des forêts étaient désormais considérées comme « dégradées » par les activités humaines et industrielles.

"Sans stratégies ciblées, les objectifs mondiaux actuels en matière de changement climatique, de pauvreté et de biodiversité - y compris l'objectif de développement durable des Nations Unies visant à mettre fin à la déforestation d'ici 2020 - échoueront", a déclaré le professeur Watson.

« Nos recherches montrent qu’il est encore temps d’agir pour sauver les dernières forêts intactes.

"Ces forêts sont les joyaux de la nature et elles disparaissent sous nos yeux, ainsi que tous les bienfaits qu'elles apportent à l'humanité."

Le professeur Watson, de l’École des sciences de la Terre et de l’environnement de l’Université du Queensland, a déclaré que les mesures nécessaires comprenaient la création de nouvelles zones protégées et le ciblage des efforts de restauration et des finances publiques sur les écosystèmes encore en activité et intacts.

« Il existe de nombreuses preuves que les forêts intactes sont des habitats essentiels pour la faune en péril et protègent la culture autochtone.

« Jusqu’à présent, les décideurs n’étaient pas en mesure de différencier les forêts « intactes » des paysages dégradés, fragmentés ou bien coupés en raison de l’absence d’un moyen uniforme de mesurer leur qualité.»

L'étude a montré que les forêts dégradées sont de plus en plus exposées aux maladies, aux incendies et à l'érosion dus aux phénomènes météorologiques, au changement climatique et aux activités humaines.

"Il s'agit d'un désastre imminent pour la conservation, pour le changement climatique et pour certaines des communautés humaines les plus vulnérables de la planète", a déclaré le professeur Watson.

L'étude est publiée dans Nature Ecology & Evolution (doi 10.1038 / s41559-018-0490-x).

 

 


Voir également

Informations et Conseils pour étudier en Australie

Les universités australiennes




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2018-2-27






Commentaires

Article sans commentaire.