Enregistrement des anciennes pistes chantées aborigènes

Des chercheurs de l'Université Nationale Australienne (ANU) travaillent à l'enregistrement de chants aborigènes ancestraux - des sources semblables à des encyclopédies d'informations culturelles aborigènes transmises de génération en génération à travers la chanson et la danse.

La chercheuse principale Diana James, de l'École d'archéologie et d'anthropologie de l'ANU, a été approchée par des hauts responsables de la région de Ngaanyatjara Pitjantjatjara Yankunytjatjara pour aider à enregistrer les connaissances de leurs aînés pour les générations futures.

"Les gens qui ont une incroyable banque de mémoire encyclopédique nous quittent, je les appelle des bibliothèques vivantes, ils sont extraordinaires par l'étendue et la profondeur de leurs connaissances", a déclaré le Dr James.

« Les nouvelles générations d'enfants aborigènes vont à l'école et apprennent sur ordinateur, alors les aînés veulent que leurs connaissances soient accessibles grâce aux médias numériques que ces enfants adorent.

"Ce sont d'énormes sagas de chansons, il faut des années pour apprendre, et la plupart des jeunes n'ont plus le temps de pratiquer l'art de se souvenir de tout ça oralement."

Pistes chantées - le récit vivant de notre nation est le thème national de la semaine NAIDOC 2016.

Dr James a travaillé avec des organisations aborigènes en Australie du Sud depuis 1975 quand elle a commencé avec le Conseil Foncier Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara, qui a gagné des droits fonciers en 1981 pour une région dans le nord-ouest de l'Australie du Sud.

Elle a ajouté que peu d'Australiens comprenaient l'importance de l'information contenue dans les pistes chantées aborigènes.

"C'est la sagesse qui a été transmise oralement pendant des milliers d'années", a-t-elle dit.

« Elle contient énormément d'informations sur la façon dont le paysage a été créé, où sont les points d'eau, où les aliments sont créés, comment fonctionne le système de parenté, et toute leur histoire est codifiée dans ces chansons.

Un aîné de Pitjantjatjara, Kunmanara Tjilari, a dit à Diana qu'en connaissant les Songlines il pouvait aller au pays pour la première fois et savoir où trouver de la nourriture et de l'eau, quelles plantes et animaux étaient dans la région et l'histoire du lieu.

Le projet de recherche découle d'une subvention de liaison ARC de quatre ans. Il se concentre sur l'enregistrement de deux Pistes chantées - le lézard Ngintaka Perentie qui traverse l'Australie du Sud et jusqu'à la frontière des trois états de NT et WA, et les Sept Sœurs, qui s'étend à travers le vaste désert occidental.

Les chercheurs ont travaillé avec différents groupes de dialectes de la langue du désert occidental qui ont entretenu cette histoire très fermement pendant des milliers d'années à travers une vaste région du pays.

La recherche aboutira à une grande exposition en collaboration avec le Musée National d'Australie. L'exposition Seven Sisters ouvrira en septembre 2017.

Le projet a été géré en partenariat avec la Société autochtone des arts et de la culture Ananguku et le Conseil des femmes de Ngaanyatjara Pitjantjatjara Yankunytjatjara. La recherche en Australie occidentale a été réalisée en collaboration avec le Conseil de Ngaanyatjarra, Martumili Artists et Kanyirninpa Jukurrpa.

Dr James a déclaré que la tâche est maintenant de s'assurer que tous les enregistrements sont rapatriés aux organisations autochtones, y compris Ara Irititja au South Australian Museum et à l'Australian Institute of Aboriginal and Torres Strait Islander Studies.




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2016-7-08






Commentaires

Article sans commentaire.