L'Université du Queensland et la NASA s'associent pour étudier la Grande Barrière de Corail

Les chercheurs de l'Université du Queensland (UQ) jouent un rôle clé dans une mission aéroportée de la NASA conçue pour transformer la compréhension des écosystèmes fragiles des précieux récifs coralliens.

La mission s'est installée en Australie pour une recherche de deux mois sur la Grande Barrière de Corail, le plus grand écosystème coralien du monde, utilisant la station de recherche Heron Island de l'UQ comme l'une de ses bases.

Des scientifiques de la mission CORAL (Laboratoire Corallien Aéroporté) de la NASA et leurs collaborateurs australiens ont discuté des objectifs de la mission et des perspectives qu'ils espèrent recueillir sur l'état actuel des parties de la Grande Barrière et sur la fonction des systèmes coralliens dans le monde.

La mission de trois ans de CORAL associe des relevés aériens à l'aide d'une technologie de pointe de spectrométrie d'imagerie aéroportée développée par le "Laboratoire de Propulsion à Réaction" de la NASA avec des activités de validation dans l'eau.

Le professeur Stuart Phinn de l'École de géographie, de planification et de gestion environnementale a déclaré que le CORAL fournirait de nouvelles cartes et méthodes de cartographie des récifs coralliens australiens et mondiaux qui étendraient les actions déjà entreprises pour cartographier et comprendre l'état de la Grande Barrière de Corail.

Le professeur Phinn et son collègue de UQ, le Dr Chris Roelfsema, travaillent à l'élaboration d'un processus de cartographie de l'ensemble du récif, afin de mieux comprendre les moyens de le gérer et de le protéger.

« Le fait de pouvoir soutenir et collaborer au projet CORAL de la NASA permettra à des groupes comme le nôtre de développer nos capacités et de les transférer à des organismes scientifiques et de gestion australiens», a déclaré le professeur Phinn.

Le Dr Roelfsema dirige un groupe qui travaille dans plusieurs départements de l'Université du Queensland et qui vient de terminer un test réussi de leur méthode de cartographie dans la partie sud de la Grande Barrière de Corail et est maintenant prêt à l'appliquer à l'ensemble du récif.

"UQ et CORAL échangeront des données de terrain, des connaissances et de l'expérience pour valider les approches de cartographie et de surveillance."

Le chercheur principal de CORAL, Eric Hochberg, de l'Institut des sciences de la mer des Bermudes (BIOS), a déclaré que CORAL offrait l'image la plus claire et la plus complète à ce jour de l'état d'une grande partie des récifs coralliens.

"Cette nouvelle compréhension de la condition et de la fonction du récif permettra aux scientifiques de mieux prédire l'avenir de cet écosystème mondial et de fournir aux décideurs une meilleure information pour les décisions concernant la gestion des ressources", a-t-il déclaré.

La mission CORAL fournira des données critiques et de nouveaux modèles pour analyser les écosystèmes coralliens dans une nouvelle perspective.

CORAL générera un ensemble de données uniforme pour un large échantillon de récifs à travers l'océan Pacifique.

Les scientifiques peuvent utiliser ces données pour rechercher des tendances entre l'état des récifs coralliens et les facteurs biologiques et environnementaux naturels et anthropiques qui affectent ces récifs.

Au cours de l'année prochaine, CORAL effectuera des relevés sur des portions de la Grande Barrière de Corail ainsi que des systèmes coralliens dans les principales îles hawaïennes, les îles Mariannes et Palau.

En Australie, CORAL étudiera six sections distinctes sur toute la longueur de la Grande Barrière de corail, du groupe "Capricorn-Bunker" dans le sud jusqu'au détroit de Torres dans le nord.

Deux sites sur le récif - la station de recherche de Lizard Island dans le nord et la station de recherche de l'île Héron dans le sud - serviront de base aux activités de validation dans l'eau.




Auteur: Odile Smadja
Date de Publication: 2016-9-22






Commentaires

Article sans commentaire.